janv. 20, 2009

164. Capacité de diffusion alvéolo-capillaire chez des apnéistes

En 2008, une élève (je ne cite pas son nom car je ne sais pas si je peux) était en dernière année section kinésithérapie. 
Elle a présenté un mémoire pour l'obtention du diplôme de master en Kinésithérapie. Elle est sortie de la Haute-Ecole Henri Spaak... Et je lui souhaite du succès pour la suite. 
Je ne vais pas vous taper tout son mémoire car cela serait trop long. 
Je vais donc simplement en faire une présentation et si toutefois certaines personnes seraient intéressés de lire le mémoire complet, il suffit de m'envoyer un mail.
Voici les apnéistes qui ce sont prêtés aux expérimentations: Patrick Musimu, Jean-Pol François, André Ghilain, Laurent Nieuwborg, Eric Gerritsma, Luc Vandendael, Yannick Van de Roy, Xavier Bonte, Nicola Sponsiello, Danilo Cialoni.


Evaluation et comparaison de la capacité de diffusion alvéolo-capillaire (DLCO) chez des apnéistes:
Étude comparative des valeurs prédites et mesurées par l'Ergocard, avant et après des apnées statiques volontaires répétées et prolongées.



Introduction

La plongée en apnée traditionnelle pratiquée par les Amas existe depuis plusieurs siècles et était utilisée à des fins alimentaires, commerciales ou encore militaire.
"C'est en 1949 lorsque Raimondo Bucher plongea à 30m en une seule apnée, que la plongée en apnée est réellement devenue un sport de compétition".
L'étude physiologique des populations de plongeurs a débuté en 1920 grâce à Gito Teruoka. Plus récemment, l'évolution remarquable des records a amené certains physiologistes environnementaux à investiguer les adaptations pouvant se produire chez les plongeurs en apnée extrême. 

Comme le décrivent différentes études, lors de la plongée en bouteille, les sujets subissent des contraintes telles immersion, l'exposition au froid, l'augmentation de la pression ambiante. Toutes ces contraintes sont responsables de modifications hémodynamiques qui ont été étudiées chez des sujets volontaires sains.
Des oedèmes pulmonaires ont été découverts chez les plongeurs en bouteille et chez certains nageurs, d'après A.Boussuges & al (en 1999), "seulement un cas serait recensé dans le cadre de la plongée en apnée".

... ...

2.3 Oedème pulmonaire chez le plongeur
2.3.1 L'oedème pulmonaire aigu


"Des accidents de type oedème aigu du poumon ont été observés à plusieurs reprises chez les apnéistes" d'après Sciarli R. & Gardette B (en 2005). L'explication la plus probable serait l'apparition d'un oedème pulmonaire aigu par un blood-shift (afflux de sang dans le réseau capillaire veineux induit par la dépression intra-thoracique créé au cours de la descente) imparfaitement réalisé par l'organisme.
Les oedèmes pulmonaires aigus apparaissent quand la perméabilité capillaire est augmentée (non cardiogéniques), ou quand la pression hydrostatique des capillaires pulmonaires excède la pression oncotique du plasma (cardiogénique), ou lorsque ces deux facteurs sont présents.

2.3.2 Facteurs contribuant au développement de l'oedème pulmonaire chez les plongeurs en bouteille ou chez les nageurs.

Chez la plupart des plongeurs en bouteille, les oedèmes pulmonaires se développent sans cause étiologique évidente. Ils peuvent apparaître en surface, comme lors de plongées en profondeur dans de l'eau froide ou chaude, et ont été constatés chez certains nageurs.
Les facteurs intrinsèques incluent:
- une mauvaise condition physique,
- les dysfonctions cardiovasculaires,
- l'hypertension, 
- l'asthme, 
- l'anxiété, 
- un exercice intense avant, pendant ou après la plongée.

Les facteurs extrinsèques incluent:
- l'exposition à l'eau froide,
- les effets de l'immersion, 
- l'effet d'un vêtement mouillé, 
- l'exposition à des irritants respiratoires dans la source d'air comprimé,
- l'augmentation du travail respiratoire ou de la résistance au travail respiratoire,
- l'aspiration d'eau,
- certaines techniques de respiration.

... ...

Conclusion

L'objectif de ce mémoire était d'étudier les effets des apnées prolongées et répétées sur la membrane alvéolo-capillaire. 
C'est à travers cette membrane que s'effectuent les échanges gazeux dans les poumons. L'oxygène entre dans le sang et le gaz carbonique en sort grâce au mécanisme de la diffusion.
C'est à dire que les molécules d'oxygène qui sont acheminées jusqu'aux alvéoles diffusent à travers la membrane alvéolo-capillaire et ensuite par le plasma jusqu'aux globules rouges. 

... ...

Conclusion générale 

D'après nos expérimentations, la mesure de la diffusion libre du monoxyde de carbone (DLCO) semble donc apporter des renseignements intéressants en tant que facteur prédictif d'un trouble pulmonaire induit par l'apnée et mis en évidence par une perturbation des échanges gazeux. Cependant l'étude de ce seul paramètre ne suffit pas pour expliquer cet effet.
D'après l'analyse et l'interprétation des résultats, la perturbation des échanges gazeux serait provoquée par un trouble restrictif que nous supposons transitoire.
L'altération du lit capillaire comme il se produit dans des pathologies restrictives, amène une réduction de la capacité de diffusion à travers la membrane alvéolo-capillaire.

Les troubles pulmonaires restrictifs pouvant résulter d'une altération du lit capillaire, et sachant que le monoxyde d'azote (NO) intervient dans la régulation de la vascularisation pulmonaire, nous proposons l'hypothèse suivante: la réduction de la DLCO suite à des apnées répétées et prolongées, proviendrait d'une vasoconstriction des capillaires pulmonaires induite par une diminution du taux de monoxyde d'azote (NO).

L'hypothèse de l'oedème pulmonaire n'a pu être démontrée étant donné qu'aucun signe clinique n'est apparu. Il est toutefois intéressant de se demander si la pratique d'apnées répétées et prolongées peut induire l'apparition de signes sous cliniques (mise en évidence par échographie?).

La plongée et l'apnée sont des disciplines désormais considérées comme des pratiques sportives, de compétitions pour lesquelles il reste de nombreux aspects à explorer.

Suite à cette étude et aux questions qu'elle a soulevé, nous pensons qu'il serait intéressant de poursuivre les recherches sur les effets des apnées extrêmes sur la membrane alvéolo-capillaire, ceci grâce à l'étude de la FeNO et éventuellement de la DLNO. Nous avons fait effectuer des apnées à sec afin de limiter les variations de pressions, mais d'autres études pourraient évaluer ces paramètres après des apnées avec le visage immergé. Il faudrait également déterminer quel est le temps de récupération de la DLCO.

... ...

Commentaires

Bonjour Lo Strano Toi qui aimes les images sous marines, tu devrais aller jeter un oeil sur le lien ci-dessous.
Amitiés

Écrit par : Geronimo | janv. 20, 2009

Répondre à ce commentaire

Merci J'aime beaucoup

Écrit par : LoStrano | janv. 20, 2009

Répondre à ce commentaire

Bon, comment vont tes poumons ?
belle soirée, bises

Écrit par : Nanny | janv. 21, 2009

Répondre à ce commentaire

... Merci de ton commentaire et de ta visite.
Bonne chance pour la dernière ligne droite
Excellente soirée
Claude

Écrit par : Claude | janv. 22, 2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour à toi... Un petit bonjour de John en passant :))))

Écrit par : John | janv. 22, 2009

Répondre à ce commentaire

c'est trés intéressant! comme ton blog en général. mes petits enfants sont épatés par la vidéo du post précédent et c'est justifié!
une question que je vais enfin pouvoir poser: un ami au Cameroun me disait qu'il avait arrêté la plongée parce qu'il devenait sourd. d'aprés lui, son rocher se développait, conséquence de la pression en plongée, en apnée ou pas, il n'a jamais précisé.

Écrit par : mimi | janv. 22, 2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.