janv. 23, 2009

165. Le danger des basses fréquences -Article Mondebleu-

Avec l'aimable autorisation de Bruno

La Cour suprême des Etats-Unis a autorisé mercredi la Marine américaine à poursuivre ses entraînements au large de la Californie (ouest) et à utiliser un sonar dont la fréquence peut perturber baleines et dauphins.La marine Américaine continue à déployer un sonar à basse fréquence, le LFAS (Low Frequency Active Sonar), une nouvelle technologie dans la détection sous-marine à très long rayon d'action qui bombarde les océans avec des ondes sonores d'extrêmes basses fréquences.

En effet il apparaît que l'utilisation de ce type de sonar propage dans l'eau le son d'explosions très fortes qui peuvent provoquer des pertes d'audition et endommager les organes internes des baleines, et avoir un impact sur d'autres mammifères marins, selon certains scientifiques. Les faits sont encore plus éloquents lorsque ces mammifères meurent en venant s'échouer sur les plages, seul ou en groupe.
LFA_fas_orgsonar1











Actuellement, le débat est houleux entre certaines associations environnementales de défense pour la sauvegarde des baleines et de l'environnement et l'US Navy. Mais aux dernières nouvelles en date, la plus haute juridiction des Etats-Unis a donné raison à l'armée, qui jugeait que les intérêts de la défense nationale devaient primer sur les exigences environnementales.

SDporp2John Roberts , président de la Cour explique dans un communiqué qu'il n'écartait pas l'importance des intérêts écologiques, scientifiques et récréatifs des mammifères marins, défendus par les plaignants, mais que la nécéssité de s'entraîner dans des conditions du réel pour s'assurer qu'elle est capable de neutraliser la menace posée par des sous marins ennemis l'emportait clairement.La décision est appuyée par le président Bush en personne signant un ordre d'exemption au profit des militaires au motif que ces entraînements relèvent de l'intérêt national et qu'une situation d'"urgence" lui permet de passer outre une décision judiciaire en matière d'environnement.


La Navy confrontée à ses erreurs!

Lors de l'audience début octobre, la Navy avait cependant reconnu que ce sonar pouvait perturber 170.000 mammifères marin, provoquer la "surdité temporaire" de 8.000 baleines et des blessures irréversibles pour environ 430 d'entre elles.A noter qu'une baleine sourde est pour ainsi dire une baleine morte ! ;-(

Les tests soniques de l'armée sont donc sujets à controverse. L'année dernière, lors d'un exercice d'entraînement du côté des Bahamas, des baleines de quatre espèces différentes se sont échouées sur les plages du nord des îles. L'autopsie a révélé que toutes sauf une avaient été victimes d'hémorragies de l'oreille interne, signe incontestable de traumatisme acoustique. On sait que plus la fréquence sonore est basse, plus elle se répand loin dans l'océan et, par conséquent, menace de dérégler les fonctions biologiques des Mammifères marins.

Le LFAS

Le LFAS est un simple transmetteur qui génère des sons d'une intensité de 240 db (Décibel : unité de mesure de la pression) dont la fréquence est comprise entre 100 et 500 Hzs, noyant les océans de ce bruit sur des centaines de km2. 235 décibels sont bien plus forts et plus intenses que le niveau des 160 décibels max, qu'un homme peut endurer.
Il faut noter que 187 dB correspondent au seuil de mort pour l'Homme, ce qui reviendrait de placer un homme à proximité d'une fusée au décollage, à titre d'exemple. On est très loin de la simple palpitation et je vous laisse imaginer.

Selon les propres études de l'US Navy, des scientifiques ont brièvement exposé un plongeur au sonar LFA à une intensité de 160 décibels, soit une fraction de la puissance que ce système utilise. Après 12 minutes, le plongeur présente de sérieux symptômes dont de graves vertiges, syncopes et perte de la mémoire temporaire.

Dans un monde où il ne reste qu'1% de lumière à 30 mètres de profondeur, les mammifères marins utilisent l'écholocation pour leur migration, la localisation d'un autre individu sur des très grandes distances, la recherche de nourriture mais aussi pour communiquer avec leurs petits.

Du fait qu'il est très difficile d'établir à 100% la responsabilité du sonar dans la mort des cétacés et d'un secret défense bien gardé, nos baleines et autres cétacés auront bien du mal à trouver la paix...

Source : BBC news – NRDC


-Article Mondebleu-